Quel piano pour débuter?

C’est la rentrée, le moment des bonnes résolutions ! Vous avez décidé de vous (re)mettre au piano, à moins que ce ne soit votre enfant qui ait envie de s’y coller. Mais avant toutes choses, il faut commencer par choisir le bon instrument… Voici donc quelques pistes pour tâcher de vous y retrouver, tant l’offre est variée.

Choisir un piano acoustique pour débuter

Les pianos acoustiques sont incontestablement ceux qui procurent les meilleures sensations au niveau du jeu grâce à leurs touches lestées et à la qualité des sons qu’on peut en tirer, avec toutes les nuances possibles. On parle bien sûr ici de pianos droits, qui sont les plus communs et les moins chers (compter quand même de 4000 à 8000 euros pour un neuf, à partir de 2000 pour une bonne occasion). Attention au bas de gamme ou aux vieux pianos de marques oubliées : ils sont certes attrayants financièrement mais leur médiocre qualité ne permettra pas vraiment de progresser et risque au contraire de faire prendre de mauvaises habitudes.

Il y a cependant des inconvénients : leur volume n’étant pas réglable (en jouant doucement, on perd toute la dynamique des touches et leur sensibilité, c’est-à-dire ce qui fait justement la spécificité des « vrais pianos »), on ne peut pas l’utiliser quand on veut, sans compter la famille ou les voisins qui risquent d’entendre durant des semaines le même morceau… et les fautes qui vont avec. De plus, un piano d’étude prend malgré tout de la place et outre son coût, dans la mesure où rien n’est plus désagréable que d’entendre une interprétation aux sonorités discordantes, il faudra dépenser environ 150 euros par an pour le faire accorder.

Les deux marques les plus fiables dans ce segment sont incontestablement Yamaha et Kawaï ; l’une comme l’autre proposent plusieurs pianos (toux ceux de la Série b pour Yamaha, E200, K200 ou K15E pour Kawaï) qui constituent un excellent rapport qualité-prix convenant parfaitement à un débutant.

Débuter avec un piano numérique, l’alternative au piano acoustique

S’ils n’égalent pas les modèles acoustiques, les pianos numériques constituent néanmoins une bonne alternative, les avancées technologiques récentes faisant d’eux une solution tout à fait acceptable, surtout pour ceux qui commencent à jouer sur cet instrument. Non seulement ils demandent des budgets plus modestes (autour de 300 euros pour un premier prix et à partir de 1000 euros pour les modèles “standards”) mais les numériques sont aussi plus ludiques et performants avec leurs fonctions supplémentaires intégrées (métronome, sonorités variées, accompagnement, enregistrement, branchement sur ordinateur, etc.). Ils sont moins encombrants, ce qui est bien pratique quand on n’habite pas un grand logement. Ils ont aussi l’avantage de ne jamais se désaccorder et sont équipés d’une prise casque pour jouer à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit sans déranger qui que ce soit.
On classe sous cette dénomination d’une part les pianos numériques proprement dits, qui prennent la forme d’un meuble, et d’autre part les portables (claviers électroniques et synthétiseurs). Comme leur nom l’indique, ces derniers peuvent se déplacer facilement, ils peuvent se mettre sous housse, même s’ils sont moins stables et offrent moins de confort de jeu. En revanche, ils sont plus abordables pour les bourses modestes. Le meuble piano, outre son aspect bien plus esthétique, en dépit du fait qu’il soit bien plus lourd, possède un mécanisme lesté, donnant l’impression que le marteau frappe la corde, comme dans un piano acoustique.

Dans la première catégorie, parmi les meilleures références, se détachent le XP1 Pack de Bird Instrument, très complet, dont la beauté du design n’a d’égale que celle de la sonorité, les Yamaha P-45, Yamaha NP V60, SR-F50 (très léger) ou PSR E-363, les Casio Privia PX-160, Piano Bird, CDP-S100 (le moins cher ou LK-280 Pack (avec éclairage des touches), les Alesis Melody 61 MKII (malgré des touches un peu légères) ou Recital Pro, Adagio SP 57K (le plus simple d’utilisation)..

Pour les pianos numériques, citons les Roland HP603 ou HP702 et le Classic Cantabile DP-50WM, des modèles avec lesquels on retrouve vraiment la sensation d’un piano acoustique sans en payer le prix et avec d’innombrables fonctionnalités très utiles,

Alors piano numérique ou acoustique ? Meuble piano ou clavier ? Quelle que soit votre décision, le meilleur moyen de s’approprier votre futur instrument, c’est de le tester avant de le choisir. Même si vous décidez de l’acquérir par internet, allez au préalable dans un magasin spécialisé, pour profiter des conseils du vendeur et vous faire votre propre opinion, notamment sur le plan du toucher et du son. Certes, le prix, la taille, l’apparence, les fonctionnalités doivent aussi compter dans les paramètres à prendre en compte, mais l’essentiel est de prendre celui qui sonne le mieux à votre oreille et dont les touches vous permettent une variation d’intensité aussi grande que possible, surtout si vous optez pour un modèle numérique.

Evitez d’acheter un clavier trop léger avec de petites touches et à peine quelques octaves. Bien sûr, il sera compétitif quant au prix mais vous serez très vite limités par un manque flagrant de possibilités, et si vous voulez passer ensuite au piano acoustique, vous aurez d’autant plus de mal à vous habituer au changement. A l’inverse, inutile de vouloir privilégier un piano trop sophistiqué, l’important là encore c’est qu’il soit capable de marquer les nuances, pour un son plus vivant et réaliste. Cela vous aidera du reste à pouvoir jouer n’importe quel style musical.  

Bref, en ce domaine, faire le bon choix, c’est sentir qu’entre vous et votre instrument se crée un vrai feeling !

Leave a Reply

Vous débutez au piano ou vous cherchez un bon piano numérique?Je veux voir le meilleur piano numérique ICI
+ +